Image Image Image Image Image

« Emmenez-moi . . . à Longueville » étape du festival du patrimoine de Seine-et-Marne, du 24 au 29 juillet, sur le site de la Rotonde Ferroviaire d’AJECTA, fera date dans les mémoires.

Festival dans le sanctuaire du rail

Conférences, visites, ateliers ludiques, concerts, balades en motrice et contes avec ballades, se sont succédé pour le plus grand plaisir du public. Par ce biais festif les bénévoles de l’AJECTA, aidés par les affaires culturelles du Département, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), Act’Art, Les Après-Midi de Saint-Loup, Les Amis de Lourps, Des Artistes en Campagne, dans le cadre de « l’Année Européenne du Patrimoine Culturel », ont révélé un aspect inhabituel de ce sanctuaire du rail, en le faisant rutiler de facettes à la beauté insoupçonnée.

Fil rouge

Les visites du « Savoir fer », les ateliers monotypes de Geneviève Trivier et les expériences ludiques sur la force de la vapeur et ses applications, animées par Suzanne et André, constituaient le fil rouge du festival.

Visites du patrimoine local

La Rotonde Ferroviaire fut également le point de départ, pour des excursions de découverte du patrimoine local : Église de Saint-Loup-de-Naud, concert avec le Quatuor Yako en la Chapelle de Lourps, créations du Land Art de Savins.

Concert-événement

Le Festival fut magnifié par le concert-événement du samedi 28 juillet, avec les 12 violoncelles de l’ensemble Nomos, survolés par la marionnette géante de la Compagnie des Rémouleurs. L’auditoire a pu apprécier le célèbre « Pacific 231 » d’Arthur Honnerger, interprété en parfaite communion avec le site de la Rotonde Ferroviaire. La soprano irlandaise Helen Kearns a teinté le lieu d’une touche d’évasion romantique. Enfin, les musiciens, disposés sur la circonférence de la plate-forme mobile, ont entamé une conversation musicale aux multiples échos, avec une symphonie de Iannis Xénakis.

Contes

Ce rendez-vous patrimonial et ses festivités, s’achevait dimanche 29 juillet, avec une série de contes, relayés à 2 voix, entre Jacques Combe et Élodie Mora, de la Maison du Conte de Chevilly-Larue.

Le public retiendra certainement l’histoire du fantôme qui hantait le wagon de première classe du Second Empire : Le spectre de l’Impératrice Eugénie de Montijo, tentait de retrouver un mot doux de son amant, officier de sa garde rapprochée. C’est un rebouteux de la région qui exorcisa le wagon. Rebouteux et médium, il entra en contact avec l’Impératrice et convint de lui retrouver son billet doux, de le détruire et de ne jamais en divulguer le contenu. L’âme de l’Impératrice fut ainsi apaisée pour l’éternité et cessa de hanter le wagon.

Ballade en motrice

Par groupes de six personnes, les visiteurs étaient également invités à découvrir le fonctionnement d’une motrice, le temps d’un bref trajet.

Restauration

Toutes ces animations et visites ont su flatter la curiosité et les émotions des visiteurs. Le Festival serait cependant resté incomplet, sans les repas servis dans le superbe décor, d’une voiture restaurant des années 30.

 

Informations complémentaires

Liens utiles

AJECTA - ROTONDE FERROVIAIRE DE LONGUEVILLE
rue Louis Patriez
77650 Longueville

Localisation du projet 'Trains, musique, balades, contes et découverte du patrimoine'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.