Image Image Image Image Image

Parmi les sujets proposés à l’ordre du jour du Conseil Communautaire du Bassée-Montois qui se tenait à Vimpelles , mardi 4 décembre, il ressort :

Une nouvelle compétence pour l’Intercommunalité :

Une compétence commerciale que Roger Denormandie, président de l’Intercommunalité a proposé aux délégués communautaires, d’accepter partiellement.

Les causes de cette compétence émanant de la Loi NOTRé, présentées par l’Assemblée des Communautés de France (ADCF) :

Urbanisme commercial : les initiatives de l’AdCF

L’imbrication très forte des enjeux d’urbanisme et de développement économique, invite aujourd’hui les communautés à élaborer de véritables stratégies commerciales : les enjeux de la régulation de l’aménagement commercial et de l’attractivité des centres villes, soulèvent de nombreuses questions sur les leviers d’action possibles, au niveau des bassins de vie et d’emploi. Dans un contexte de dévitalisation commerciale, de nombreux cœurs de ville (petites comme moyennes), cette préoccupation est majeure pour les élus locaux : une rencontre organisée à Saint-Brieuc sur l’urbanisme commercial a réuni plus de 700 personnes le 9 juin. 
Ce problème de dévitalisation des centres villes ne fait que s’accentuer dans de nombreux territoires, comme l’ont encore montré récemment les enquêtes de la fédération Procos (Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé). Alors que le commerce est entré dans une phase de profonde transformation de ses modèles économiques (e-commerce, drive…), ses implantations physiques dans les territoires vont être reconfigurées. Des friches et des dents creuses se multiplient, sans que les loyers se réalignent pour autant. Des bulles spéculatives se forment et alimentent des stratégies de « position foncière » qui s’éloignent des réalités de marché. L’évaluation des valeurs locatives, si sensible dans les débats entre centre-ville et périphéries, à l’occasion du chantier de leur révision, est elle-même perturbée par des phénomènes paradoxaux : essor de la vacance, dévitalisation de certaines artères sans réelle baisse de prix. La Grande distribution est elle-même en train de revisiter en profondeur sa stratégie de localisation territoriale. C’est dans un tel contexte que s’imposent de véritables politiques locales du commerce, à l’échelle d’un bassin de vie et de consommation.

Roger Denormandie expliquait sa position en ces termes : « Je ne vois pas bien ce que l’Intercommunalité ferait de mieux que les Maires, dans ce domaine. Je ne souhaite pas prendre la totalité de cette compétence et me restreindre à la construction ou mise en place, d’espaces de ventes pour produits de proximité. »

Ouverture dominicale pour un magasin de moyenne surface

Le principe d’ouverture de 12 dimanches par an, a été accepté pour le magasin Bi1 situé à Mousseaux-lès-Bray.

Toutefois, quelques élus ont fait part de leurs remarques sur le manque de concertation concernant les travaux d’aménagement de cette zone commerciale.

Serge  Rossière-Rollin, vice-président, s’inquiétait en tant que Maire de sa commune de Donnemariue-Dontilly : «  Quel est le programme d’installation commerciale dans ce secteur de l’Intercommunalité, et ne risque-t-il pas de porter préjudice aux autres communes en empêchant toute création de nouveaux commerces ? »

Anne-Marie Charles, vice-présidente, s’est voulue rassurante : «  Seule une station de « Car Wash », complètera les installations existantes. » Affaire à suivre.

Pour sa part, Emmanuel Marcadet, vice-président, faisait remarquer : « Un manque de communication entre les élus, menace l’équilibre commercial et économique, déjà fragilisé de leurs communes à plus ou moins long terme. »

Un projet d’extension pour la RPA de l’Etang Broda

Anne-Marie Charles, vice-présidente, présentait un projet d’extension qui aurait pour vocation de répondre à des attentes précises : recevoir des couples âgés dans un espace de vie suffisamment grand. La superficie des logements actuels est limitée à 35 m2, ce qui est insuffisant pour accueillir des couples. A cette fin, un ensemble de petites maisons individuelles, situées dans un parc sécurisé, installé dans le prolongement du bâtiment actuel, côté rue Eugène Pénancier, donnant accès aux services de la RPA, serait la réponse à ces attentes des couples de personnes âgées.

 

 

Les déchetteries

Pour Roger Denormandie il faut absolument conserver les déchetteries existantes, soit en les agrandissant, soit en les relocalisant. Ainsi, l’achat d’un terrain appartenant à la société Saint-Gobain, mitoyen de la déchetterie de Bray-sur-Seine, permettra son extension, dans la zone industrielle. La déchetterie de Donnemarie-Dontilly, difficile d’accès, sera relocalisée dans un autre secteur de la commune.

Le point sur le raccordement de la fibre optique aux foyers (FTTH)

Enfin, le Conseil s’est achevé avec l’explication des retards enregistrés pour le raccordement et la mise en service de la fibre optique, par Jean-Claude Jégoudez, vice-président en charge du développement numérique. Une vidéo jointe à cet article, reprend la totalité de cette intervention.

 

Informations complémentaires

Liens utiles

Salle des fêtes de Vimpelles

77520 Vimpelles

Localisation du projet 'SUJETS ABORDES PAR LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE, A  VIMPELLES'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.