Image Image Image Image Image

José Castro, technicien du SMETOM (Syndicat Mixte pour l’Enlèvement et le Traitement des Ordures Ménagères), animait l’atelier de sensibilisation autour du tri sélectif, mercredi 9 octobre à la MSAP de Bray-sur-Seine.

Objectif du tri

Pour être efficace et justifier son utilité, ainsi que les contraintes qu’il impose aux particuliers, le tri sélectif doit prendre en compte un certain nombre de facteurs. Parmi ceux-ci et non des moindres, l’empreinte carbone, générée par les tournées de ramassage des bacs. Ce qui impose une planification adéquate de celles-ci, ni trop, ni trop peu.

Mais pour le SMETOM, l’objectif essentiel à atteindre est la réduction, voire la disparition du bac à couvercle marron, celui des déchets communs. Pour cela, la mise en place d’un tri approprié s’impose.

Le lombricompostage

L’utilisation du lombricomposteur, complétera dans un proche avenir, le tri sélectif actuel. Il suffira pour un particulier, de placer ses déchets ménagers organiques, épluchures de fruits ou de légumes, dans un conteneur de petit format abritant des lombrics, le tout sous le lavabo ou dans un débarras. Les déchets constitueront la chaîne alimentaire des lombrics qui en échange, les transformeront en terreau, utilisable pour les plantes d’appartements ou autres usages similaires.

Les pièges de la société de consommation

José Castro, animateur de l’atelier, faisait comprendre que le tri sélectif, s’il doit absolument s’intégrer dans les mœurs de notre société, présente cependant certains pièges : les emballages mixtes et hybrides.

Notre société de consommation nous propose des produits, conditionnés dans des emballages mixtes, plastiques de différentes compositions, emballages composés d’aluminium, de carton et de plastique.

Exemples de la complexité des emballages

La barquette de jambon est composée de 5 matières différentes de plastique. Des emballages hybrides, notamment des canettes de boisson, associent aluminium et plastique. Les pots de yaourt sont destinés au bac marron, ils seront bientôt orientés vers le bac jaune. Le carton qui contient une tablette de chocolat, protégée par une feuille d’aluminium va dans le bac jaune et la feuille alu dans le bac marron.

Une règle à observer

Bien repérer la forme des déchets pour chaque bac : une barquette de terrine ou similaire, n’a pas la forme d’une bouteille en plastique, donc destination bac marron et non pas jaune. Une bouteille plastique doit être vidée de son contenu pour être correctement recyclée et non directement incinérée. Sont assimilés aux bouteilles plastiques, les flacons de gel douche, de shampoing et autres articles semblables.

Le broyage des déchets verts

Ce service gratuit à la demande, exige toutefois que les ramures d’arbustes à broyer, soient correctement disposées et présentent une forme suffisamment rectiligne, pour passer dans le broyeur, et d’un calibre approprié pour ne pas le bloquer.

Informations

https://www.smetom-geeode.fr/

 

 

Informations complémentaires

Liens utiles

MAISON DES SERVICES AU PUBLIC (MSAP)
place de l'église
77480 Bray-sur-Seine

Localisation du projet 'POUR UNE BONNE PRATIQUE DU TRI SÉLECTIF – SEMAINE PORTES OUVERTES DE LA MSAP A BRAY-SUR-SEINE'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.