Image Image Image Image Image

En espérant que la lecture du premier axe, concernant le développement démographique du territoire, n’aura pas été trop fastidieuse, voici le second axe du PADD.

AXE 2

« Engager la diversification de l’économie locale, en lien avec les atouts et les ressources du territoire. »

Objectif 2.A. : L’emploi

Le territoire présente une situation plutôt favorable en matière d’emplois :

L’indicateur de concentration d’emplois (nombre d’emplois pour 100 actifs résidant, ayant un emploi), était de 45,1% en 2014 contre 44,4% en 2009. Le territoire dispose donc, en 2014, de près d’un emploi pour deux actifs résidant.

. Maintenir a minima le ratio de 45 emplois pour 100 actifs, ayant un emploi, résidant sur le territoire jusqu’en 2030. Il s’agit de créer au moins 168 emplois supplémentaires sur la période 2020-2030, en cohérence avec l’objectif démographique du territoire.

.Conforter les bourgs principaux dans leurs rôles de pôles d’emploi, en lien avec leurs spécialisations actuelles : privilégier les activités industrielles dans l’agglomération de Bray-sur-Seine et les activités artisanales dans la ville de Donnemarie-Dontilly.

. Assurer le maintien des activités industrielles présentes dans les autres communes du territoire, en permettant aux entreprises existantes d’évoluer au sein de leur site et/ou à proximité.

. Maintenir les capacités d’exploitation de la ressource granulats, en équilibre avec les objectifs de préservation des activités agricoles et des espaces naturels.

. Disposer d’une offre foncière destinée aux activités économiques, en rapport avec les objectifs de localisation des activités, et du nombre d’emplois à créer :

Sur la base d’un besoin foncier d’un hectare pour 10 emplois ( à titre de comparaison, la densité d’emplois sur la ZAE de Bray-Jaulnes, est de 7 emplois par hectare), l’enveloppe foncière nécessaire au développement de nouvelles zones d’activités est de 17 hectares, incluant les disponibilités foncières présentes dans les zones existantes, et auxquelles peuvent s’ajouter 3 hectares supplémentaires, liés aux projets de développements de la mise à grand gabarit de la seine et de l’extension du port de Bray-sur-Seine.

. Localiser les capacités foncières, pour le développement des activités économiques, en priorité à proximité des bourgs principaux, et en continuité des sites industriels existants, sur le territoire.

. Conserver la vocation économique des locaux artisanaux, dans toutes les communes du territoire.

. Autoriser le développement d’une nouvelle offre de locaux artisanaux, industriels et de services aux entreprises, par la reconversion de bâtiments existants.

. Accompagner le projet de mise à grand gabarit de la Seine, et affirmer la nécessité de l’aménagement rapide du tronçon, reliant le barrage de la Grande Bosse au nouveau port de Bray-sur-Seine.

. Permettre le réaménagement dans un secteur plus adapté de mise à grand gabarit de la Seine, de la plate-forme d’échange fleuve/route de Bray-sur-Seine.

 

Objectif 2.B. : Activité et hébergement touristiques

« Faire monter en puissance le territoire, en termes d’activités et d’hébergements touristiques. »

Le Bassée-Montois dispose d’atouts importants, concernant son potentiel de développement touristique. Pour autant, ceux-ci sont peu valorisés alors que différents projets se dessinent aux abords du territoire. Ce potentiel doit se révéler autour d’un projet fédérateur.

. Faire de la « véloroute » de la Seine, le produit touristique phare du territoire :

L’aménagement du canal Bray-La Tombe, et au-delà, l’adaptation de voies existantes ou le cas échéant, l’aménagement d’infrastructures en site propre, doivent être programmés.

. Développer mais surtout diversifier l’offre en hébergements touristiques, en permettant l’aménagement de produits atypiques, plus susceptibles d’attirer des visiteurs sur le territoire :

  • Création d’éco-lodges et de maisons flottantes à Villiers-sur-Seine ;
  • Aménagement du domaine de « La Haye », à Everly ;
  • Réhabilitation et mise en valeur touristique de la ferme des Thurets à Villiers-sur-Seine ;
  • Création d’un espace de séminaire/conférence à Saint-Sauveur-lès-Bray ;
  • Et sur d’autres sites, en cohérence avec cet objectif, le réaménagement d’anciennes sablières en espaces de loisirs, etc.

. Confirmer la vocation touristique des campings existants sur le territoire, et assurer la sécurité des vacanciers face au risque d’inondation.

. Anticiper les retombées du projet de « Parc Napoléon », à Marolles-sur-Seine, sur l’activité et l’hébergement touristiques du territoire.

 

Objectif 2.C. : Espaces et ressources agricoles

« Préserver les activités et les espaces agricoles existants, compenser la perte de ces espaces résultant du développement des activités extractives et des grands projets, valoriser la ressource forestière. »

L’activité agricole occupe 62% du territoire. Pourtant les espaces agricoles sont soumis à une importante pression foncière : près de 37 hectares ont disparu entre 2008 et 2012. Le PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal), affirme donc la nécessité de pérenniser l’activité agricole.

. Pérenniser les espaces agricoles en inscrivant l’essentiel du développement urbain du territoire, dans les enveloppes bâties existantes ( se reporter au précédent article sur l’axe 1, objectif 1.B., dents creuses).

. Autoriser le développement des exploitations existantes et la création de nouvelles, en cohérence avec les objectifs de préservation des paysages et du cadre de vie de ses habitants.

. Favoriser la diversification des activités et des revenus des exploitations agricoles :

Installation d’ateliers de transformation des produits agricoles, développement des circuits courts via la vente directe des produits locaux, accueil et hébergement du public, production d’énergie renouvelable (installation photovoltaïque sur les toits des exploitations, « méthaniseur » utilisant les sous-produits agricoles et/ou les effluents d’élevage).

. Permettre le changement de vocation des bâtiments agricoles inexploités, en priorité pour les bâtiments présentant un caractère architectural et patrimonial avéré, mais aussi pour les autres bâtiments agricoles, lorsqu’ils peuvent être réorientés vers une activité artisanale ou industrielle. Ces changements ne devant pas remettre en cause la pérennité de l’activité agricole.

. Remettre en cultures ou en prairies, certaines peupleraies, dans les entités paysagères de la Bassée et de la vallée de la Voulzie, dans le but de maintenir la part des espaces agricoles sur le territoire.

. Favoriser les projets de réaffectation à un usage agricole, les sols exploités en sablière. Ceci par un réaménagement adapté des nouvelles carrières et de celles en cours d’exploitation.

. Mieux valoriser la ressource forestière (sylviculture), du territoire.

Informations complémentaires

Salle des fêtes de Vimpelles

77520 Vimpelles

Localisation du projet 'L’axe d’orientation « économie » du projet d’aménagement  et de développement durables (PADD), pour le territoire Bassée-Montois'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.