Image Image Image Image Image

Chaque année, à la date du 4 mai, un hommage est rendu à la mémoire de l’équipage britannique, abattu en 1944 par un chasseur de la Luftwaffe.

Serge Rossière-Rollin, Maire de Donnemarie-Dontilly, après avoir cité les noms de chacun des membres de l’équipage, au pied du monument dédié à leur mémoire sur la route de Mons, rappelait que le plus jeune d’entre eux n’avait que 18 ans et le plus âgé, 26.

Cet épisode douloureux de la seconde guerre, restera gravé à jamais, dans les mémoires des Donnemaritains :

C’est au retour d’un raid aérien de grande ampleur sur Mailly-le-Camp, où était stationnée une division de redoutables Panzer, chars allemands qui auraient pu compromettre l’opération « Overlord », que la flotte de bombardiers Lancaster a été prise pour cible, par la chasse ennemie.

L’opération Overlord se déroulera du 6 juin au 29 août 1944 en Normandie, et permettra aux Alliés d’ouvrir un nouveau front en Europe de l’Ouest, face aux troupes du Troisième Reich.

Sandrine Sosinski, Conseillère départementale, a ensuite lu le témoignage vécu d’André Guillet, son Grand-père :

Crash d’un appareil de la RAF dans le Montpensier, à Donnemarie-en-Montois, dans la nuit du 3 au 4 mai 1944.

Chaque nuit, des appareils alliés survolaient Donnemarie-en-Montois. Ils allaient bombarder des cibles militaires allemandes. Mais dans la nuit du 3 au 4 mai 1944, contrairement à d’autres nuits, les appareils tournaient en rond au-dessus de Donnemarie. La DCA allemande ainsi que les chasseurs aériens allemands, leur tiraient dessus.

Avec mes parents, Robert et Émilienne, et mon épouse Élisabeth, nous étions sortis de la maison pour voir ce qu’il se passait. Il était entre minuit et 1 h du matin quand un éclair fendit l’obscurité. Ma mère me dit : « ils viennent de lancer une fusée ». Je lui répondis : « Non, l’appareil est en feu ». J’avais déjà assisté à pareil événement en Allemagne.

L’appareil se mit en torche et entama sa chute. A une altitude d’environ 1000 mètres, le nez de l’appareil explosa et tomba dans un petit bosquet, à environ 20 mètres de la route et 50 mètres de la maison la plus proche. Nous habitions à environ 500 mètres de l’endroit. Avec mon père, nous nous rendîmes immédiatement sur place. L’appareil était encore en feu. Peu après, des soldats allemands qui logeaient au château du pays (Dontilly, ndlr), arrivèrent en camion et nous ordonnèrent de quitter les lieux.

L’après-midi suivant, avec mon épouse, nous pûmes nous rendre près du lieu du crash. Nous vîmes la tourelle qui était tombée à environ 300 mètres du reste de l’appareil. A côté d’elle, gisait le corps d’un aviateur qui avait dû être éjecté. Il était assis, son parachute encore bouclé dans le dos. Il avait fait un trou dans le sol. La queue de l’appareil était intacte et se trouvait à environ 800 mètres. Les 6 autres membres de l’équipage avaient péri, déchiquetés ou brûlés. Cachés derrière des buissons, nous assistâmes à la mise en bière du corps de l’aviateur. Les Allemands lui ôtèrent ses bottes et mirent des gants pour soulever le corps. Ils chargèrent la Municipalité d’inhumer les restes des 6 autres aviateurs, dans le cimetière de Donnemarie-en-Montois.

J’avais fabriqué un cadre où étaient dessinés les drapeaux Britannique et Français, sur lequel  j’avais apposé la mention « Gloire aux aviateurs alliés ».

Des femmes du village venaient fleurir les tombes. Les Allemands ayant eu connaissance de ces actes d’hommage, relevèrent les corps et les transférèrent au cimetière de la commune jumelle de Dontilly, où ces aviateurs reposent désormais.

 

 

 

 

 

Informations complémentaires

Liens utiles

Monument du souvenir aux aviateurs aviateurs britanniques
Route de Mons
77520 Donnemarie-Dontilly

Localisation du projet 'Hommage aux aviateurs britanniques'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.