Image Image Image Image Image

Pour le 7e festival de Toussacq, Bernard Ortega s’est inspiré de Cyrano de Bergerac. Samedi 7 juillet, en compagnie de  Cyrielle Clair, il interprétait « Cyrano et Roxane, lettres imaginaires », pièce dont il est l’auteur et le metteur en scène, sur le parvis du château de Toussacq.

Une relation épistolaire qui se poursuit

Deux comédiens investissent les personnages de Cyrano et de Roxane. Pour eux, ces deux caractères poursuivent leur relation épistolaire, feignant d’ignorer le triste dénouement de l’intrigue, décidé par Edmond Rostand, leur créateur. Certains indices anachroniques mettent le spectateur en alerte, sur l’improbabilité des personnages qui confondent le rêve avec la réalité. Onirisme ou folie ? Le dénouement ne laissera aucun doute à ce sujet. Une pièce qu’on aimerait voir et revoir.

Propos de Bernard Ortega (BO), recueillis par Alain Métayer (AM) :

AM : « Il s’agit de la seconde pièce que vous écrivez sur ces personnages mythiques. Est-ce à dire que le personnage de Cyrano vous obsède ? »

BO : « Son esprit de révolte et son élégance intellectuelle, créent un lien de parenté entre nous. »

AM : «  Se faire tuer pour un bon mot ? »

BO : « Quelle merveilleuse perspective ! J’aime aussi prolonger la vie des héros, des mythes, pour leur redonner une humanité plus quotidienne. »

AM : «  Cyrano ironiserait sans doute, d’être pris pour un héros ? »

BO : « Peut-être ne voulait-il pas être ce poète déformé ? Pourtant c’est cette déformation qui le transforme en génie du verbe et de l’audace : « Puisque je suis comme je suis . . . je n’ai peur de rien ! »

AM : « Quant à Roxane ? »

BO : « Jolie femme à aimer, j’ai voulu révéler son caractère plus vaste, plus riche qu’on ne l’imaginerait. »

AM : « Comment vous est venue cette idée de partage épistolaire ? »

BO : « Le silence intellectuel de Roxane ne me suffisait pas, c’est pourquoi l’idée d’un dialogue de lettres imaginaires m’est venu. »

AM : « Pour conclure, comment définiriez-vous ces deux personnages ? »

BO : « Sont-ce vraiment Cyrano et Roxane qui s’expriment ? Sont-ils deux comédiens qui veulent exister au-delà de l’auteur, au-delà du public, au-delà du monde ordinaire ? Je laisse à chacun le soin d’en juger. »

Cyrielle Clair

Très touchante dans ce rôle, elle lui donne toute sa fragilité, sa cocasserie et sa dramaturgie, comme le souhaitait Bernard Ortega.

Distribution

Cyrielle Clair, Bernard Ortega, Thomas Ortega

Musicien : Jacques Mayet

Lumière : Brieuc Amiel

Son : Patrick Pinard

 

Informations complémentaires

Domaine de Toussacq

77480 Villenauxe-la-Petite

Localisation du projet 'Des lettres imaginaires inspirées par l’oeuvre d’Edmond Rostand'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.