Image Image Image Image Image

L’association « Nous voulons des coquelicots » (sous-entendu : si les pesticides les laissent pousser dans les champs), tenait une assemblée, comme chaque premier vendredi du mois, dans la salle du Conseil de la Mairie de Donnemarie-Dontilly, ce 1er février.

Développer la culture bio sur le territoire

L’objectif est de contrer l’utilisation des pesticides, dans la culture classique. De jeunes agriculteurs ou des nouveaux venus dans l’agriculture, suite à une reconversion professionnelle, sont formés par des organismes, comme la couveuse de Toussacq « Les champs des possibles« . Pour mettre en pratique leurs connaissances acquises et les concrétiser, ces agriculteurs d’un autre genre, la culture bio, la permaculture ou encore l’agroforesterie, ont besoin de terres.


Recensement

L’association s’est enquise de ce problème en recensant les terres cultivables, appartenant aux communes du Bassée-Montois. Une superficie cultivable a ainsi pu être recensée, notamment sur Donnemarie-Dontilly. Le seul problème, comme le mentionnait Serge Ropssière-Rollin, Maire de Donnemarie-Dontilly, invité de l’association : «  Ces terres dévolues au CCAS sont actuellement mises en fermage, et il est très compliqué de les récupérer, sous peine de se voir accuser d’expropriation agricole. »

Cantines scolaires et EHPAD

Pourtant le but recherché est louable : fournir les cantines scolaires et les maisons de retraite du territoire (EHPAD, établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en nourriture bio. Outre la production, des infrastructures de transformation locales sont indispensables, pour rester dans le domaine du circuit court. Une stratégie est à l’étude.

Rentabilité de ce type de production

Emmanuel Marcadet, Maire de Bray-sur-Seine, consulté sur ce sujet,  est plutôt pessimiste : « La transformation et la distribution de produits alimentaires bio, sur le territoire, ne représenteraient que 5 à 6 % du chiffre d’affaires potentiel des producteurs, une solution très insuffisante pour maintenir et développer leurs exploitations. »

Quelques questions du Pestiquizz mis au point par l’association

 

1 – En 2008, l’État français a décidé de réduire de 50% en 10 ans, l’utilisation des pesticides en milieu agricole.

En réalité, les pesticides ont :

  • baissé de 5% ?
  • augmenté de 11% ?
  • augmenté de 22% ?

2 – Plusieurs maladies graves sont en lien avec une exposition aux pesticides :

(plusieurs réponses possibles)

  • 2 variétés de cancer du sang (myélome et lymphome non hodgkinien) ?
  • maladie de Parkinson ?
  • cancer de la prostate ?

3 – Face à cet empoisonnement généralisé, que faire pours e protéger et protéger nos enfants ? (plusieurs réponses possibles)

  • on fait la grève de la faim ?
  • on mange des produits bio ?
  • on fait massivement signer l’Appel des coquelicots, demandant l’interdiction de tous les pesticides et on se mobilise lors des rassemblements mensuels ?

Réponses :

1 – En se basant sur l’indicateur de référence NODU (nombre de doses utilisées), l’augmentation a été de 22% de 2008 à 2015.

2 – Les 3 réponses sont bonnes et la liste n’est pas exhaustive… Il s’agit là uniquement des pathologies reconnues. D’autres maladies sont classées comme étant en lien « probable » avec les pesticides.

3 – On vous déconseille la grève de la faim qui ne réglera pas le problème. Manger bio est une bonne chose et des études récentes (INRA-INSERM) ont montré que manger bio, réduit de 25% le risque d’avoir un cancer. Mais les pesticides empoisonnant tout notre environnement et notamment l’air que nous respirons, cela ne suffit pas. Il est indispensable, de toute évidence, de se mobiliser pour l’Appel « Nous voulons des coquelicots ». Tous ensemble nous gagnerons.

 

 

Informations complémentaires

Liens utiles

SALLE DU CONSEIL DE LA MAIRIE DE DONNEMARIE-DONTILLY
1, rue Cottereau
77520 Donnemarie-Dontilly

Localisation du projet 'COQUELICOTS ou PESTICIDES'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.