Image Image Image Image Image

La diffusion de ces informations concernant l’élaboration du PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) qui sera mis en vigueur pour la décennie 2020-2030, a pour but de fournir des éléments concrets de réflexion sur le devenir du territoire Bassée-Montois, à chacune et chacun de ses habitant(e)s.

AXE 4

Préserver les paysages, l’environnement et aménager un territoire résilient et durable, face aux effets du réchauffement climatique.

Objectif 4.A. : A propos de des trames verte et bleue

« Préserver et valoriser les trames verte et bleue, ainsi que les paysages qui caractérisent le territoire. »

Le Bassée-Montois est traversé par la vallée de la Seine et quadrillé par plusieurs de ses affluents, la Voulzie, l’Auxence, l’Orvins, etc. Leurs cours, berges et ripisylves, constituent l’une des principales composantes des trames verte et bleue du territoire.

Les panoramas et perspectives du paysage offrent une grande diversité : vallées, plateaux, bordes, boisements, prairies, zones humides, etc. Chaque entité paysagère (la Bassée, le Montois, la Brie du Châtelet, la vallée de la Voulzie, le Sénonais), possède  son identité propre dont le particularisme doit être préservé.

. Préserver les vallées des principaux cours d’eau et de leurs affluents, en protégeant leur ripisylve, en restaurant leur continuité lorsqu’elle est interrompue, et en interdisant tout aménagement en leur sein et à leurs abords qui pourrait réduire leur fonctionnalité biologique.

. Préserver et restaurer les anciens méandres de la Seine qui constituent des zones humides abritant une importante biodiversité.

. Conserver les zones humides en identifiant leur éventuelle présence, lors de projets d’aménagements, selon la carte de pré-localisation existante et en les adaptant.

. Renforcer la fonctionnalité écologique des berges et de la ripisylve des cours d’eau, par la mise en place d’une bande préservée, le long de leurs parcours.

. Préserver les éléments de la trame verte dans les espaces agricoles de grande culture, particulièrement dans le Sénonais, mais également dans le Montois.

. Mettre en place les mesures permettant d’assurer la conservation de la fonction des réservoirs de biodiversité (réserve de la Bassée, zones Natura 2000, ZNIEFF*, etc.).

*ZNIEFF : Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique.

. Protéger les éléments du patrimoine végétal, identitaires du paysage local.

. Préserver le paysage contre  toute construction ou  tout aménagement, dégradant la vue des  rebords de la cuesta d’Île-de-France et des zones de crête, en général.

. Agir pour maintenir et valoriser l’identité de chaque entité paysagère du territoire :

  • La Bassée : limiter la banalisation des espaces aux marges de l’entité ; créer des vues vers le fleuve, depuis l’extérieur de l’entité ; mettre en valeur les anciennes gravières pour le loisir et le tourisme ;
  • Le Montois : maintenir son caractère rural. Sa grande variété paysagère,  rend cette entité particulièrement sensible aux aménagements qui pourraient porter atteinte, sans en tenir compte, à sa fragilité.

. Préserver les rebords de plateaux (bordes) et les cônes de vue des nouvelles constructions.

. Maintenir la trame bocagère lorsqu’elle existe, la renforcer dans les espaces agricoles ouverts ;

  • La vallée de la Voulzie : ouvrir les paysages pour révéler la rivière ; préserver la continuité paysagère de cette entité, vis-à-vis de l’urbanisation ;
  • La Brie du Châtelet : maintenir l’ouverture des clairières agricoles et des prairies en fond de vallée ; recréer progressivement un paysage de bocage et de vergers ;
  • Le Sénonais : préserver les rares éléments végétaux, présents dans les espaces de grandes cultures.

Objectif 4.B. : Trame verte des villages

« Préserver la trame verte villageoise. »

Au sein des espaces de grandes cultures du Montois et du Sénonais, des clairières de la Bassée et de la Brie du Châtelet, les espaces non bâtis des bourgs sont le lieu d’une trame végétale souvent diversifiée. Celle-ci participe à l’identité paysagère du territoire, et complète sa trame verte.

. Définir une proportion d’espace de pleine-terre, pour les nouvelles constructions, sans pénaliser trop fortement les petites parcelles au cœur des bourgs et les opérations favorisant une densité, conforme à celles prévues dans l’objectif 1.B.( dents creuses intra-muros).

. Favoriser le maintien des linéaires de haies bocagères, ainsi que la plantation de nouvelles haies, dans les projets de constructions.

. Préserver les arbres remarquables et les alignements d’arbres, et veiller à la continuité de ces linéaires lors des projets d’aménagements.

. Prévoir des espaces tampons paysagers, entre les franges urbaines et les espaces agricoles, lorsque cela ne remet pas en cause l’activité agricole existante.

Objectif 4.C. : Gestion du cycle de l’eau

« Améliorer la gestion du cycle de l’eau, pour préserver cette ressource. »

. Préserver la ressource en eau potable, en développant l’urbanisation en harmonie avec la capacité des réseaux et la disponibilité de la ressource.

. Améliorer le traitement des eaux usées, en développant l’urbanisation selon les capacités des systèmes d’assainissement collectif, et en améliorant la performance des installations collectives et individuelles existantes.

. Engager une politique de gestion collective des eaux pluviales, en favorisant la gestion à la parcelle, en incitant l’usage de dispositifs de récupération des eaux pluviales, et en limitant l’urbanisation dans les secteurs exposés aux risques d’inondations par ruissellement et coulées de boues.

Objectif 4.D. : Lutte contre le réchauffement climatique

« Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, en promouvant le développement des énergies renouvelables,  et en créant des bâtiments économes en énergie. »

Comme tout territoire, le Bassée-Montois dispose de ressources naturelles, forestières et agricoles. Celles-ci peuvent être valorisées par leur mise en production d’énergies renouvelables. Elles doivent être mobilisées afin que le territoire soit en mesure de contribuer, à la lutte contre le réchauffement climatique, ainsi qu’à la réduction d’émissions de gaz à effets de serre.

. Favoriser les énergies produites à partir d’une ressource locale : photovoltaïque, hydraulique, méthanisation, etc. Les installations devront rechercher un impact minimal en termes de nuisances, notamment paysagères, afin de préserver le cadre de vie.

. Assurer l’insertion dans le bâti et dans les paysages, des dispositifs de valorisation de l’énergie solaire, pour minimiser son impact qui pourrait se révéler dégradant pour la qualité de vue du décor et par conséquence, du cadre de vie.

Informations complémentaires

Salle des fêtes de Vimpelles

77520 Vimpelles

Localisation du projet '4e et dernier axe d’orientation du PADD'

Déposer un commentaire 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.